La langue normande en 2013

Le normand, c’est quoi ?
Une série de patois dérivés du français diront certains…
Cette opinion, encore très répandue pour ne pas dire majoritaire, est pourtant inexacte. La langue normande (et ses particularismes locaux) ne saurait être considérée comme une dégénérescence de la langue français mais plutôt une de ses cousines.
Remettons les choses en place !
La carte linguistique de la France est, ou a été, plus complexe qu’il n’y paraît aujourd’hui. Le principal ancêtre du français moderne, le francien, n’était qu’une langue romane utilisée dans la région parisienne, bien avant que le français moderne ne devienne la seule et unique langue officielle de notre pays. Le francien cohabitait avec d’autres langues locales, tel le normand. Si ces deux langues ont des racines latines communes, elles ont évolué chacune à leur manière.
Sur certains points, on peut même dire que le normand est parfois plus proche de son ancêtre latin que le français.
Le mot « vaque », qui est finalement devenu « vache » en français ne vient-il pas directement du latin « vacca » ? Ou le mot « gambe » (jambe) du latin « gamba » ? Et, bien sûr, les Vikings apportèrent au normand un certain nombre d’innovations linguistiques qui, pour certaines d’entre elles (en particulier le vocabulaire nautique), passeront ensuite dans la langue française.
Le normand et le français ont ainsi longtemps cohabité, se sont influencés l’un l’autre, avant que l’édit de Villers-Côtterêts ne décrète le français langue officielle du royaume en 1539. L’école de la Troisième République se chargera d’achever le travail d’uniformisation linguistique…

Signalétique à Saint-Pierre-Port (Guernesey)

Et aujourd’hui ?
Comme toutes les langues régionales, en particulier les langues d’oïl (langues romanes du nord de la France), le normand a été largement supplanté par le français. Il existe encore quelques petits foyers linguistiques dans le Pays de Caux, le Cotentin, ou les îles anglo-normandes (Jersey et Guernesey). Séparées de la Normandie continentale après la conquête du duché par Philippe-Auguste, et désormais attachées à la Couronne britannique, ces dernières tentent de sauver le normand en l’enseignant dans quelques écoles, ou en lui accordant une place dans la signalétique.

L’héritage linguistique normand
On l’a vu, l’Histoire linguistique est parsemée de destructions, d’interpénétrations, de créations… En ce sens, le normand fut un acteur incontournable de cette Histoire. Il a laissé au français un certain nombre de mots et expressions et fut, en grande partie, à l’origine de l’anglais moderne. Les conséquences linguistiques de l’invasion normande de l’Angleterre en 1066 furent énormes. Nous ne prendrons que deux petits exemples : les mots « cat » (chat) ou « car » (char) aujourd’hui couramment utilisés de l’autre côté de la Manche et, par extension, en Amérique du Nord et en Océanie.

Sarah Pomar (journaliste québecoise) et Nicolas Miliani devant le siège de l’UNESCO, 15 mai 2013

La langue normande, riche et volubile, est aujourd’hui en voie de disparition. Le 15 mai 2013, une demande d’asile des langues régionales, dont le normand, a été déposé à l’UNESCO. Le porte-parole du collectif, Jean-François Laffont, également président de Convergencia Occitana, espère ainsi amener l’État français sur le chemin de la reconnaissance officielle des langues régionales.

Les occasions se font de plus en plus rares d’entendre des conteurs, des poètes, des chanteurs s’exprimer en normand. C’est pour remédier à cela et pour susciter un enthousiasme culturel innovant que fut créée la Fête des Rouaisons.

Les 24, 25 et 26 mai 2013 se tiendra, à Quettehou (Manche), la 16e édition de la Fête des Rouaisons qui célèbre la langue normande, dans toute sa diversité, à travers des animations de musiques, chants, danses traditionnelles, etc. Nous y serons !

A noter, cette année, la programmation d’un tout nouveau groupe de musique pop folk-rock d’expression normande qui nous vient tout droit de Jersey : les Badlabecques.

Florian HURARD

2 réflexions au sujet de « La langue normande en 2013 »

  1. retrouver le patois normand semble une évidence pour retrouver la langue normande les gens qui le parle,faire un inventaire serais bien, dans le domfronter les gens parle le patois mais chaque patois et différent dans chaque régions je le pense les iles anglos normandes ont garder la langue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s